Une petite reliure curieuse

Amis Bibliophiles bonsoir,
Juste pour le plaisir, une petite reliure arrivée ce matin par la poste. Des Etrennes Mignonnes pour l’année 1740. La reliure… on dirait une sorte de carton bouilli, avec deux décors différents sur les deux plats. Au dos du premier plat, un miroir.J’ai des difficultés à comprendre les textes qui figurent sur les plats. Peut-être pourrez-vous m’aider:« Quand te parlera, mon estime finira », celle-ci est assez simple, mais comment la comprendre compte-tenu du contexte?Et sur le premier plat: « Je mattache au mérite », et plus bas « choizises c’est pour vous » (sic).Des idées sur l’interprétation à leur donner? En passant, avez-vous déjà croisé ce genre de reliure? Sa taille: 97 x 58 mm.
Charmant. Pure Bibliomanie? Et alors! Sourire. Curiosité plutôt je dirais.H

25 Commentaires

  1. Bonsoir

    Les devises de la reliure semblent s'accorder à celles du titre et du frontispice, fidélité et amour.
    "Quand te parlera, mon estime finira", fait-il allusion au perroquet qui pourrait répéter une confidence et mettre à nu le sujet assis?
    "Je mattache au mérite", le personnage tient un miroir (qui peut symboliser la sagesse ou la prudence et qui est aussi au contre-plat, quant-au "choizises c'est pour vous" les fruit semblent des coeurs à prendre.
    Curieuse reliure, curieux livre en forme de carte du tendre pudique. Un ex-libris? Un envoi?

    Lauverjat

  2. Les Etrennes Mignonnes se vendaient 8 sols bro-
    chées.

    On rencontre quelquefois des exemplaires du
    xvill* siècle avec une petite glace. Ces exem-
    plaires, très rares, valent de 40 à 45 fr. Presque
    toujours ils sont cartonnés, avec des figures en
    couleurs sur les plats. C'est ainsi que M. Gaston
    Tissandier possède un exemplaire orné d'amusants
    dessins populaires : au-dessous de deux personnages
    allant puiser de l'eau on lit, ainsi coupée, la légende
    suivante :

    Toutes les fois que je
    Suis au puits, votre
    Bidet à la pépie.
    (Grand-Carteret)

  3. Le miroir renvoie à une attention pour une dame. J'imagine que les cœurs sont aussi pour elle. Le reste parait en effet énigmatique.

    J'aime beaucoup cette reliure qui me semble aussi fragile que les reliures romantiques cartonnées.

    Achat impulsif ou début de collection ? Pierre

  4. Je te fais confiance Jean-Paul, je sais que tu as quelques Jean de Bonnot chez toi, tu les connais donc mieux que moi 🙂

    L'intérieur est en très bon état, le prix, un peu moins de 200 euros.

    H

  5. Merci Fred, vous m'avez donc bien lu, puisque je parlais en effet de curiosité, et que c'est uniquement pour cela que je l'ai achetée, pour compléter mon petit rayon de curiosités, dont certaines ont paru sur le blog. Dans le cas de celle-ci, sa médiocrité aura eu le mérite de vous faire réagir. C'est déjà pas mal! 🙂

    Je suis ravi et flatté que la famille Gruel soit encore vivace et lise mon blog… Merci donc.

    Je vous suggère juste une chose, qui ne semble vous avoir effleuré: un livre peut avoir bien d'autres qualités qu'être simplement beau. (enfin, sauf quand on parle de Gruel, bien sûr).

    H

  6. Fred, quand vous saurez faire la différence entre carton bouilli et vélin, passez me voir, je vous ouvrirai les portes de ma bibliothèque, et qui sait peut-être une des mes (deux) reliures de Lortic, qui sont perdues au milieu des veaux 18ème. Vous verrez, ça s'ouvre bien. Ca se lit même.
    Il y a 800 messages sur ce blog, si vous y avez passez un peu de temps, vous aurez remarqué que tous les sujets y sont traités.
    H

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.